08 janvier 2011

Le lecteur de CD Marantz CD5004

.

MARANTZ_IMG_0864_copie

 

Le lecteur de CD Marantz CD 5004

Faisant suite au très remarquable Mission PCM 7000 (haut de gamme de 1986), le petit lecteur très bas de gamme Philips du début des années 90 ne faisait pas le poids – pourtant il se battit vaillamment, malgré son côté un peu raide, sa sècheresse et son grave tronqué, qui lui offraient ainsi une définition très acceptable, à défaut d'une véracité de timbres sans reproche.

Il était temps d’opérer le remplacement par un lecteur digne du préampli SRPP de doubles triodes ECC82 et de l'ampli classe A de 8 pentodes EL84 de fabrication personnelle, c’est chose faite avec le Marantz CD5004, bas de gamme qui ne craindrait pas de se mesurer aux grands – selon les dires de la revue Diapason, qui lui accorda un « Diapason d’or » en 2010, distinction faisant autorité dans notre pays.

Intégrer une source bas de gamme à une chaîne plutôt audiophile, propulsée par une amplification à tubes et des enceintes JBL L26 des années 70 refaites et améliorées plusieurs fois (tweeters à dôme Audax, 25 cm. aimant Alnico remembranés 2 fois et filtre refait), mais écoutée en majorité sur l’excellent casque Sennheiser HD650 (« Diapason d’or » également) n’allait pas de soi, pire, le risque de déception était patent, et c’est fébrile comme en « 14 » que les connexions furent exécutées.

Dès les premières notes, pas de déception notable (il en est toujours ainsi avec un nouvel élément), et voici au terme d’une quarantaine d’heures d’écoute ce qui en ressort (selon ma propre perception bien entendu, et au casque précité – mon meilleur maillon):

- Aigu sans agressivité au casque (un peu d’agressivité, mais très supportable aux enceintes, qui ne sauraient atteindre le naturel et l’ampleur du casque). Le violon passe remarquablement bien au casque (Szerying-Marriner Philips). Aigus du piano (N° 20 Brendel-Marriner Philips) très bons. Cymbales et percussions de même (Marley Kaya, Kind of Blue, Back to Back Ellington).

- Médium excellent, les voix passent très bien, charnues et présentes (Vivaldi Orlando Furioso Spinosi Decca, Marley Kaya, Winterreise Schubert Dieskau)

- Grave profond donnant du corps à l’ensemble, que l’on aurait cependant préféré plus vif et plus défini – on ne peut tout avoir à ce prix là, mais il est très naturel – duos de contrebasses Bottesini).

- Prolongation des notes très audibles sur le piano ou les cordes (étonnant pour un lecteur de ce prix)

- Surprenante vivacité aigu, médium et bas médium.

- Timbres d’une grande véracité, certains sont à se dresser sur son fauteuil (voix Orlando Vivaldi, tutti orchestre et attaques instruments solo Telemann Concertos Goebbels Archiv) !

- Absence totale de bruit de fond et de fatigue auditive, ce dernier fait n’ayant jamais été constaté personnellement à ce point auparavant.

- L'écoute directe au casque par la prise frontale prévue (volume réglable) n'atteint pas l'ampleur ni le naturel que délivre le préampli SRPP, mais peut cependant dépanner - une bonne chose.

- Conclusion : il y a sans doute mieux, au dessus de mille euros mais – est-ce certain ? Cependant, il serait intéressant de comparer avec celui-ci toute la gamme des lecteurs Marantz (SA7S1, SA1152, SA15S2, SA6002, SA6003, SA15S1, SA7003SG, SA8003 etc...) ... pour ma part, je conserve donc mon CD5004 tout neuf, d’autant qu’il n’est pas sinécure de le trouver présenté autrement que passé au goudron (sans plumes SVP), selon la mode actuelle – qui semble avoir la vie dure : « Black is beautiful – are you sure ? ».

- Sans incidence sur le son: afficheur à lettres "pour jeunes" totalement illisible à plus d'un mètre - selon la tendance actuelle généralisée en matériel audio et vidéo.

.

 

JCP

Posté par Vigane à 12:20 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

27 février 2010

Branle-bas de combat !

.

DSC01361_TUBES_REGL_copie

.

Reprise de l'ensemble préampli à tubes "SRPP / ECC82" (en service depuis  le 3 juin 1997), et ampli à tubes "Quatuor classe A / EL84" (en service depuis le 17 juillet 1999).

Au programme, interventions sur l'ensemble comprenant:

- les alimentations du chauffage des filaments ampli et préampli (12,6 Volts 2,5 Ampères et 12,6 Volts 5 Ampères stabilisée)
- L'alimentation haute tension ampli (300 Volts continu régulée)

(Les "travaux" consistent en une simple adjonction d'un interrupteur secteur supplémentaire afin de dissocier ampli et préampli, et le réglage des temporisations d'activation des hautes tensions, malgré leur légère dérive - env. 30 secondes en 10 ans)

... Ceci dans le but de réhabiliter l'écoute sur enceintes acoustiques, et dans une seconde étape, aborder la rénovation de l'alimentation SRD7 du casque électrostatique Stax SRX.

Ceci n'aurait pas été possible sans l'aimable collaboration de Gérard C., qui a su trouver LA solution de remplacement de la diode Zener "Z 1082" claquée, hélas introuvable - et surtout fournir gracieusement l'ensemble équivalent de diodes, déjà pré-assemblé: Un grand merci !

.
DSC09779_RGRC_1_1
.
.
.
.
DSC09782_RGRC_1_1
.
.
.
.

DSC09788_RG_2_1
.
.
.
.

Étagère du haut, au centre: un récepteur FM Grundig de 1952 rénové, couplé à un amplificateur stéréo: un must pour l'époque !

DSC09792_RG_3_1
.
.
.

Article suivant: la rénovation de l'alimentation SRD7 du casque STAX SRX... à suivre.

Y aurait qu'à écrire des vers là-dessus....:

http://chansongrise.over-blog.com/article-a-zener-45502931.html
.
JCP

Posté par Vigane à 08:53 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
09 décembre 2008

POUR ÉTIENNE 59 et SKY

.

La doc et le schéma de l'alim du SRX, où figure la diode Z1082 que je crois être en cause. J'ai vérifié tous les autres éléments qui semblent bons. En fait le son est à peine audible mais présent sur les deux canaux. Ceci me fait donc penser à un composant qui agit sur les 2 canaux, la diode Z1082 est le seul à pouvoir le faire je crois, les autres étant bons.

.

1 clic pour agrandir et récupérer les images:

.

STAX_1_3_1_3_1_OR_RECA

.

STAX_1_3_1_3_1_RECA

.

STAX_2_3_1_7_1_RECA

.

STAX_3_3_2_7_1_RECA

.

.

Cordialement, JCP

Posté par Vigane à 12:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 décembre 2008

triode

Fabrication artisanale en direct d'une triode !

http://dailymotion.alice.it/video/x3wrzo_fabrication-dune-lampe-triode_tech

A voir absolument !

Issu du site/

http://paillard.claude.free.fr/

JCP

Posté par Vigane à 17:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 novembre 2008

807

.

.

Juste pour l'oeil, un tube de puissance 807 de fabrication Sylvania (USA):

DSC02804_REG_REC_copie

.

Montage typique en étage final :

807_sch

.

.

.

Posté par Vigane à 11:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

06 novembre 2008

Réalisation d'un préamplificateur à tubes de type SRPP ... 1/4

ARTICLE 1

.

Réalisation d'un préamplificateur à tubes de type "SRPP" (shunt regulated push pull) de qualité audiophile exigeant. Ce schéma, créé par le japonais ANZAÏ, a été popularisé par Jean HIRAGA au cours des années 70 en France. Il offre une qualité de restitution sans compromis malgré l'extrême simplicité de son schéma et de sa réalisation. D'un prix de revient très bas pour du haut de gamme, il ne nécessite aucune mise au point, et sa fiabilité dans le temps semble importante, un bouquet d'avantages impressionnant ...

Quatre articles sont consacrés à cette réalisation:

- Article 1: Généralités sur le circuit et la conception

- Article 2: réalisation de l'alimentation basse tension stabilisée (chauffage des filaments des tubes) 12,6 volts continu

- Article 3: réalisation de l'alimentation universelle haute tension stabilisée (réglable de 50 à 500 volts continu sous 100 mA maxi. - utilisée ici sous 350 Volts)

- Article 4: réalisation du préamplificateur stéréo

.


Attention, les tensions mises en jeu sont dangereuses !

Une main à la poche révolver du pantalon au cours des tests est un gage de sécurité ...

danger_haute_tension


Le préamplificateur SRPP, en fonction depuis juin 1997 ...

Au 1° plan: le simplissime préampli ligne (entrées haut niveau telles que lecteur CD ou tuner) réalisé autour de deux ECC82 (Télefunken, Sylvania)

Les quatre tubes du fond (deux ECC83 Sovtek Russie et deux ECC81 China) autour desquels sont construits les deux canaux du correcteur RIAA permettant l'écoute (rare) des microsillons.

DSC0279_YTpie

.

Au centre: les ECC83 "Sovtek", dont les filaments sont les plus visibles (plaques/anodes plus courtes)

DSC0278DFGopie

.

.

Alimentation haute tension du préamplificateur: stabilisation à transistors, réglable de 50 à 500 Volts sous 100 mA maximum. Cette alimentation universelle peut donc être utilisée avec n'importe quel préamplificateur.

(La qualité de la pendule n'influe guère sur la qualité finale du son, en vérité...)

DSC0277FF6_copie

.

.

Dans ce coffret: alimentation 12,6 Volts 2,5 A. (préampli) , alimentation 12,6 Volts 5 A. (ampli), alimentation H.T. ampli et temporisations d'application des hautes tensions, une fois les filaments chauds sur préampli et ampli.

DSC02EEZopie

.

.

Incroyable simplicité de la triode ...

A: anode (haute tension et prèlèvement de la modulation amplifiée)

G: grille (application de la modulation avant amplification)

K: cathode (émission du flux d'électrons contrôlé par la grille)

F: chauffage filaments sous 6,3 volts continus

RM23G03B_copie_copie

.

Première triode expérimentale réalisée par Lee de Forest (1906)

800px_Triode_tube_1906


.

LE PRÉAMPLIFICATEUR SRPP (pour entrées "ligne", haut niveau seulement)

Ce préamplificateur haut niveau (on peut adjoindre un étage correcteur RIAA à 4 tubes si l'on souhaite écouter des microsillons) est raccordable à n'importe quel amplificateur de puissance, qu'il soit à tubes ou à transistors. Sa qualité de restitution sonore hors du commun le prédestine à être inclus dans les meilleurs systèmes, quelle que soit leur gamme de prix.

Les deux alimentations, auxquelles on portera le plus grand soin au cours de la réalisation, sont pour beaucoup dans le résultat auditif final. Alimentation chauffage filaments et alimentation haute tension sont prévues stabilisées par transistors. Cette solution, plus complexe mais cependant de réalisation aisée, élimine tout résidu de 50 hertz secteur, pour un bruit de fond pratiquement inaudible et une réponse aux transitoires extrêmement rapide. Par ailleurs, les fréquences graves, qui descendent très bas, sont également très rapides, et ceci sans distorsion audible, un des points forts de ce schéma.

L'utilisation de résistances et de condensateurs de haute qualité permet de prétendre largement au niveau audiophile exigeant, et ceci pour un coût de réalisation très bas, comparativement aux prix abusifs pratiqués en haut de gamme audiophile...

.

Le schéma du préamplificateur ligne (entrée haut niveau, platine microsillon exclue) SRPP pour un canal, une simplicité en forme de défi !

SRPP_580

Enrée modulation (sortie CD, Tuner...) en WR, sortie vers ampli en VR, pas plus compliqué que ça ...

Six composants seulement, le pont diviseur R10 - R11, qui ne participe pas à l'amplification, est là uniquement pour adapter le niveau d'entrée (lecteur de CD, tuner) au tube utilisé. Un SRPP peut en effet fonctionner avec de nombreux types de tubes, les ECC 81, ECC 82 et ECC83, tous des doubles triodes ont été essayés. Le choix, guidé par des critères auditifs, s'est porté sur l'ECC 82. Tous ces tubes sont aisément trouvables, et peu onéreux.

Les résistances R12 et R13 sont à 1%. Toutes sont à couche métal 1/2 watt, mais le tantale est ce qui se fait de mieux pour l'audio (4 euros pièce en 1/2 watt).

Les condensateurs non polarisés sont au polypropylène (MKP) pour les faibles valeurs (C11, C12) et de la meilleure qualité possible pour le seul électrolytique polarisé (C10), si possible en qualité audiophile (fournisseur "Audio-Note" par exemple).

La soudure est à 2 % d'argent, les circuits imprimés sont étamés avec cette même soudure.

Vu le petit nombre de composants, le câblage des deux canaux de préamplification peut être réalisé en l'air, mais un circuit imprimé est évidemment faisable. C'est cette dernière solution qui a été choisie ici, dans un but de remplacement aisé des composants, à des fins de comparaisons auditives.

Un dimensionnement large du filtrage de l'alimentation haute tension ne peut qu'être bénéfique sur les appels de courant des fréquences graves. Attention cependant à prévoir des résistances de décharge sur les condensateurs, qui représentent un réel danger sous de tels voltages ... plus de 400 volts en sortie alim, abaissés ensuite aux 350 requis sur l'anode de la triode "supérieure".

On ne négligera pas non plus le filtrage (20.000 microfarads minimum) de la tension de chauffage des filaments, très bénéfique au niveau du bruit de fond (ici, aucun danger: 12,6 volts pour les 2 filaments en série). Par ailleurs, la polarisation des filaments entre 90 et 102,6 volts permet d'abaisser encore le niveau du bruit de fond, tout en prolongeant la durée de vie des triodes.

Hormis le réglage fin des tensions (résistance ajustable), et quelques contrôles de tensions, aucune mise au point ne fait suite à la réalisation de l'appareil, si bien entendu il n'y a pas d'erreur de câblage...

La mise en coffret métal (acier) séparé des alimentations et du préampli peut se montrer très efficace pour un abaissement du bruit de fond à un niveau inaudible, c'est cette solution qui a été retenue ici.

.

Ci-dessous: montage typique d'une double triode ECC82

On notera une consommation de 150 milliampères sous 12,6 volts pour les deux filaments en série, de chacune des deux triodes contenue dans la même enveloppe de verre, un chiffre à retenir pour le dimensionnement de l'alimentation de chauffage, et notamment le choix du transformateur: 0,15 X 2 = 0,3 A pour les 2 canaux du préampli ligne, et 0,15 X 6 = 0,9 A si l'on souhaite adjoindre un étage RIAA pour l'écoute des microsillons. Ces chiffres sont bien entendu à majorer largement pour déterminer l'ampérage du transformateur, qui chauffera et ronflera d'autant moins qu'il sera peu chargé. Un transformateur 12 volts est peu onéreux, du matériel soldé ou de récupération peut très bien suffire pour une alimentation placée dans un coffret acier séparé.

ECC82_TYP_copie

.

Double triode (on remarquera les deux plaques-anodes dans l'enveloppe de verre) ECC82 / 12AU7 / 5814 / 6007 de fabrication Sylvania (USA).

DSC02794_copie

.

Ce préamplificateur a été conçu dans un esprit audiophile sans compromis:

- Alimentation chauffage filaments (12,6 V.) en coffret acier séparé, filtrage surabondant et régulation par circuit intégré

- Alimentation haute tension (350 V.) en coffret acier séparé, filtrage surabondant et régulation par transistors.

- Temporisation à l'application de la haute tension (env. 30 secondes) pour une prolongation de la durée de vie des tubes.

- Potentiomètre ALPS et commutateur de qualité, prises CINCH plaquées or pour les entrées lecteur de CD et tuner.

Cependant, pour des raisons d'économie compréhensibles, le filtrage peut être réduit et les trois parties du circuit peuvent être réunies dans un même coffret. On veillera alors à blinder les transformateurs ou à les séparer des tubes par des plaques de tôle acier ou cuivre. Si les tubes sont montés extérieurement sur une platine de tôle acier, cette dernière représentera un mode de blindage intéressant si les transformateurs sont placés sous cette platine.

Les connaissances requises en électronique sont mineures pour mener à bien cette cette réalisation, U=RI et P=UI suffisent ! Un oscilloscope offre peu d'intérêt vu la simplicité du circuit où on aura bien peu de chances de commettre des erreurs de câblage. Cependant, une station de soudure thermostatée, même basique est souhaitable, ainsi qu'une expérience correcte de la soudure à l'étain.

Par ailleurs, la conception des circuits imprimés, si l'on ne dispose pas soi-même d'une insoleuse ultra-violets et de quelques bacs peut poser problème. Dans ces conditions, on se contentera de réaliser les typons des circuits, si possible sur du calque mylar ou à défaut sur du calque épais, les traits étant effectués au stylo à dessin (Rotring) et à l'encre de Chine. Le tracé du circuit à l'aide d'un logiciel pose le problème de l'impression, jamais assez opaque ... excepté sur imprimante laser et en superposant deux calques imprimés.

Une fois le typon (appelé aussi "mylar") tracé, on pourra alors faire réaliser le circuit imprimé par un professionnel.

.

Pour les Toulousains, deux bobineurs de haute réputation qui réalisent tous types de transformateurs, et notamment ceux consacrés à l'audio. ACEA est également fournisseur de composants pour amplis à tubes.

http://magnetic.com.free.fr/

http://acea-fr.com/pages/homepag.html

Région parisienne:

http://www.serdi.fr/

ABC Électronique:

http://www.abcelectronique.com/forum/showthread.php?t=23518

Pour les fanatiques de l'audio et des réalisations personnelles:

http://www.audiyofan.org/index.php?page=main

.

Suite: Voir article 2, réalisation de l'alimentation stabilisée 12,6 Volts

.

JCP

05 novembre 2008

Réalisation d'un préamplificateur à tubes de type SRPP 2/4

Article 2


RÉALISATION DE L'ALIMENTATION STABILISÉE 12,6 VOLTS (CHAUFFAGE FILAMENTS)


Vous devriez approuver le fait de commencer par le plus simple et le moins risqué, il n'y a pas de tension dangereuse ici, du moins durant la conception et les essais*. De plus, les moins expérimentés pourront aisément "se faire la main" sur cette alimentation basse tension dont la qualité de réalisation n'est pas vitale, pour peu que les soudures soient correctes (la soudure à 2% d'argent n'est pas indispensable).

* Après polarisation, les deux bornes des filamants - aucune des deux ne sera reliée à la masse - se trouveront respectivement à 90 et 102,6 volts, pour la DDP de 12,6 volts requise. Pour ce faire, on prélèvera les 90 volts par un pont diviseur en sortie de l'alimentation haute tension, et on l'appliquera au 0 Volt de la présente alimentation. Cette opération, qui vise à l'allongement de la durée de vie des tubes, ainsi qu'à un meilleur fonctionnement, peut être réalisée après les essais terminaux, ou même occultée. Il en résultera dans ce dernier cas un niveau de bruit peut-être un peu supérieur (on peut alors écouter les deux options ...).

.

.

Le schéma retenu est des plus simples. A l'extrême droite: temporisation d'application retardée de la haute tension (facultatif, vise à prolonger la durée de vie des tubes, qui, ici, sont peu onéreux et au nombre de 2 seulement - chacun fixera son choix).

L'énorme filtrage de 5 X 10.000 microfarads vise à reculer le bruit de fond vers l'inaudible, cependant 3 X 10.000 ou même 22.000 microfarads peuvent sans doute suffire (non essayé).

Le fusible interne peut indifféremment être placé sur le secondaire du transformateur ou après le pont redresseur.

Le régulateur est protégé par une diode, ainsi que le relais de la temporisation (si on a choisi de la réaliser).

.

Le schéma avec temporisation pour la H.T.:

1 clic pour agrandir et enregistrer le schéma:

ALIM_12_6_VOLTS_STAB_TEMPO_SCHEMA

Verson simplifiée sans temporisation:

1 clic pour agrandir et enregistrer le schéma:

ALIM_12_6_VOLTS_STAB_SCHEMA

.

Ci-dessous, une proposition d'implantation (celle retenue et réalisée), qui inclut la temporisation et le relais de commande de la mise sous tension 220 V. de l'alimentation haute tension dès que les filaments sont en température (30 secondes minimum).

ATTENTION: il y a 2 ponts de communication à câbler sur le circuit imprimé, un près du radiateur du pont redresseur, et un sous le radiateur du redresseur 7812, tracés en pointillés rouges.

Le circuit imprimé est prévu pour le montage de deux régulateurs en parallèle afin de doubler leur capacité en courant, ce qui s'impose si l'on désire adjoindre les étages RIAA (écoute microsillons). Dans ce dernier cas, les 6 tubes demandent: 0,15 mA X 6 = 0,9 Ampère.

12V6_compo

.

.

Le circuit imprimé correspondant, vu côté composants et côté cuivre

12v6_circ_imp_2_compo

.

12v6_circ_imp

.

.

Pour information, montage typique d'un ECC82, remarquer la consommation filaments de 150 mA sous 12,6 V.

ECC82_TYP_copie

.

La réalisation et le réglage de cette alimentation ne devrait pas poser de problème, vu sa simplicité:

1 - Régler la tension à 12,6 Volts avec un tournevis à lame isolée en agissant sur la vis de RV1.

2 - Si on a décidé de la réaliser, régler la temporisation à 30 secondes minimum en agissant sur la vis de la résistance ajustable de 50 Kohms. Le relais joue le rôle d'interrupteur pour l'alimentation secteur de l'alimentation haute tension. On peut installer si on le désire une prise 220 Volts secteur à l'arrière du boîtier de la présente alimentation 12,6 Volts. Cette prise, connectée au primaire 220 V. du transformateur haute tension sera pilotée par le relais, qui y appliquera la temporisation recherchée.

.

Bonne mise à feu, sans fumée de préférence, et prudence avec le secteur 220 V !

Une main à la poche révolver de son pantalon au cours des tests est un gage de sécurité ...

danger_haute_tension

.

A SUIVRE ... Article 3: la réalisation de l'alimentation haute tension

JCP

04 novembre 2008

Réalisation d'un préamplificateur à tubes de type SRPP 3/4

Article 3


RÉALISATION DE L'ALIMENTATION STABILISÉE HAUTE TENSION RÉGLABLE  de 50 à 500 VOLTS


.

.

Attention, les tensions mises en jeu sont dangereuses !

Une main à la poche révolver du pantalon au cours des tests est un gage de sécurité ...

EXPLO_ANIM

.

Schéma retenu (paru dans N° Hors Série du Haut Parleur 1996):

1 clic pour agrandir et télécharger.

SCHEMA_ALIM_HT_copie

Des infos complémentaires seront données sur simple demande.

A SUIVRE ...

.

Posté par Vigane à 00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
03 novembre 2008

Réalisation d'un préamplificateur à tubes de type SRPP 4/4

Article 4


RÉALISATION DU PRÉAMPLIFICATEUR SRPP ANZAÏ


Aspect du préampli terminé, sans les alimentations, qui ont été prévues extérieures pour rechercher un meilleur rapport signal/bruit.

Le préampli ligne se réduit au seul circuit imprimé du bas, à l'exception des 4 supports novals qui ont servi à des essais (SRPP à 4 lampes en parallèle, projet d'adjonction EL84...)

Les 4 autres plaquettes de circuit imprimé représentent le correcteur RIAA et l'amplification dédiés à la lecture des microsillons

DSC03148_copie

.

ECC82_COURBE

.

.

Attention, les tensions mises en jeu sont dangereuses !

Une main à la poche révolver du pantalon au cours des tests est un gage de sécurité ...

danger_haute_tension

SRPP_580

.

.

A SUIVRE ...

.

Cet article est en cours d'écriture ...

AK5_copie_ANIM

.

29 octobre 2008

Sous le casque

SENNHEISER HD 650                          GRADO SR 325 i

 


 

5129_casque_hd_650_big      sr325i_copie_copie

 

 


 

Après diverses écoutes comparatives, le combat américano-germanique entre Grado et Sennheiser se solda par une assez belle victoire de la patrie de Beethoven et de Wagner sur celle de Hank Willams et de Miles Davis, il en fut ainsi, pour cette fois...

 


 

Impressions d'écoute comparative entre deux intéressants modèles des leaders actuels en matière de casques pour audiophiles exigeants: Grado (USA) et Sennheiser (Allemagne).

Matériel utilisé:
Amplificateur intégré Microméga IA 60, bas de gamme audiophile dernière génération (France).
Lecteur de CD Microméga "CD10", bas de gamme (665 euros, France), mais ayant obtenu un "Diapason d'or" en octobre 2008 dans la revue Diapason.

- Casque électrodynamique Grado 325i (400 euros chez ADHF)
- Casque électrodynamique Sennheiser HD 650 (325 euros chez ADHF, 450 à la Fnac...)

Lieu d'écoute: un des salons ADHF, 6 r. du pont vieux, Toulouse.

Sur du rock ou avoisinant ("Kaya" de Marley, Island, enregistrement analogique d'exception):
Préférence donnée un moment au Grado 325 i, pour une définition plus précise, les autres qualités demeurant équivalentes pour les deux casques (graves, voix, finesse).
Un inconfort notoire handicape hélas le Grado:
contact direct de mousse plutôt dure avec l'oreille, pour un coussinet trop petit qui écrase le lobe et l'échaufferait probablement à terme.
L'arceau mal conçu ne permet pas la rotation des écouteurs dans l'axe horizontal, qui compriment inégalement l'oreille de haut en bas.
Le HD650 se montre au contraire exemplaire au niveau du confort: l'oreille reste libre et non compressée dans un large coussinet de fin velours qui l'entoure; la rotation multiplan de l'arceau permet de plus une adaptation optimale (optifemelle aussi assurément...) des écouteurs à toutes morphologies crâniennes.

Sur des voix et des choeurs (La Traviata, Johan Sutherland, Pavarotti, Decca), la différence n'est pas flagrante, cependant la définition semble meilleure avec le Grado, notamment sur les harmoniques des voix qui semblent mieux (trop ?) rendus.

Comme toujours en hifi, le juge de paix s'appelle violon, c'est lui qui tranche, décide, punit !
Cet instrument, quasi-impossible à rendre avec une fidélité abolue, même par les systèmes les plus onéreux, n'a pas son pareil pour vous démonter les plus hautes réputations, sans doute établies sans lui...

A l'écoute du concerto de piano de Mozart N° 20 (Brendel, Marriner, enregistrement analogique Philips) et des concertos de violon du même Mozart (Szerying, enregistrement analogique Philips), les remarques suivantes s'imposent:
Certaines duretés accompagnent les montées les plus aigües du ou des violons avec le Grado, rançon d'une définition un peu supérieure au Sennheiser.
A l'écoute des tutti les plus violents de l'orchestre symphonique, on retrouve aussi quelques duretés frisant parfois le métallique sur les violons avec le Grado, alors que le piano est restitué avec une finesse et une justesse rarement écoutées sur un casque électrodynamique.
Mais il est notoire que certaines duretés à nuance métallique passent mieux sur les cordes métalliques d'un piano, que sur celles d'un violon...
... D'où mon choix tout personnel pour le Sennheiser HD 650 qui pour moi allie confort de port et d'écoute. Même si la définition du Sennheiser reste en très léger retrait par rapport au Grado, son naturel, sa fluidité et son absence d'agressivité m'ont convaincus, la restitution du violon en solo et en groupe fait la différence, à mon oreille ... et avec le matériel utilisé pour l'écoute.
Par ailleurs, ces impressions d'écoute se sont confirmées à domicile (il n'y a pas de notion d'acoustique de la pièce pour un casque).
Matériel actuel:
- Lecteur CD Philips CD 614 bas de gamme (provisoire, en remplacement du regretté Mission PCM 7000, haut de gamme anglais qui a été remarquable durant 22 longues années ...)
- Préamplificateur à tubes, réalisation personnelle sur schéma SRPP, un ECC82 par canal sur préampli ligne.
- Amplificateur à tubes, rélisation personnelle sur schéma "LED",  "le Quatuor", classe A de 18 watts, quatre tubes EL84 russes, "Sovtek" par canal.
- Casque électrostatique amèrement regretté, objet de cet article: STAX SRX, haut de gamme fin années 70, irrécupérable (diode zéner à 50 centimes introuvable, et sans équivalent).
- Enceintes JBL "L26": boomers 25 cm aimants "alnico" rebobinés et remembranés deux fois, twweters JBL jugés agressifs, remplacés par des Audax à dôme, tout à fait acceptables sur le violon.

Des impressions d'écoute plus approfondies seront publiées au terme de 100 heures d'écoute, afin de s'affranchir de l'effet de grâce de l'acquisition nouvelle. Différents types de musique seront écoutés, du rock au classique en passant par l'opéra et le jazz.

JCP

.

.

Les 4 EL84 drivés par un ECC83 (canal droit) de l'amplificateur classe "A" de 18 watts.

DSC01361_TUBES_REGL_copie

.

JCP

 

 

 


 

 

 

Ci-dessous: pour mieux connaître Sennheiser, sa présentation, relevée sur le site officiel.

 

 


 

 

Sennheiser : une marque synonyme d’excellence
La marque Sennheiser est à l’origine des plus grands produits de l’histoire du son :
des légendaires microphones de reportage radiophoniques aux premiers casques de type ouvert.
Depuis 60 ans, ses produits d’excellente qualité et ses solutions complètes “sur mesure” couvrent tous les aspects du son : de son enregistrement et sa transmission à sa reproduction.

Il y a quelques années, l'industrie cinématographique a même décerné à Sennheiser le "Scientific and Engineering Award pour le développement d'un microphone tubulaire directif, c'est "l'Oscar technique du son".

En 1945, le Dr. Fritz Sennheiser se lance dans l’aventure de la création d’une nouvelle société, en compagnie de sept ingénieurs et techniciens. Ces spécialistes en recherche et développement transforment leur institut universitaire, transféré de Hanovre au petit village de Wennebostel pendant la guerre, en ce qui devient le "Labor W". Ils y conçoivent et fabriquent leurs premiers produits : des instruments de mesure. Moins d’un an plus tard, ils ajoutent des microphones à leur catalogue. Pleine de ressources, leur équipe accumule ensuite les succès dans de nombreux domaines de la technologie audio.

Un entreprise familiale à portée internationale
De ses humbles débuts, Sennheiser electronic a gardé son esprit de pionnier : développer et fabriquer des microphones de haute qualité, des technologies HF et des casques toujours plus performants.

Reconnu comme un des leaders mondiaux dans le domaine des solutions audio complètes, Sennheier est devenu aujourd’hui un groupe de dimension mondiale.
L’entreprise groupe plusieurs sociétés et compte plus de 1600 salariés dans le monde

Un important choix de produits
L’offre produits, très large, est complétée par des systèmes de conférence et d’interprétation, des systèmes infrarouges, des produits pour les malentendants, et des micros/casques destinés à l’aviation. Le Groupe Sennheiser inclut également le spécialiste des microphones de studio Georg Neumann GmbH (Berlin), le fabricant de moniteurs de studio et d’enceintes de sonorisation K+H et la joint-venture Sennheiser Communications, basée au Danemark, qui propose des combinés casque/micro destinés à des applications bureautiques, aux jeux vidéo et aux centres d’appel.

Priorité numéro une  : la R&D
La priorité principale de Sennheiser a toujours été la recherche et le développement. La société a acquis son exceptionnelle réputation mondiale grâce à d’innombrables innovations :
La priorité principale de Sennheiser a toujours été la recherche et le développement. La société a acquis son exceptionnelle réputation mondiale grâce à d’innombrables innovations :
• l’invention du casque ouvert dans les années 60,
• la technologie de transmission infrarouge dans les années 70,
• les énormes progrès réalisés dans le domaine des transmissions HF multicanal dans les années 80,
• les systèmes d’écoute Surround basés sur les fonctions de transfert de la tête de l’auditeur dans les années 90,
• et les systèmes audio de visite guidée « intelligents » au début du nouveau millénaire.
Les centres R&D en Allemagne et en Californie assurent à Sennheiser son avance technologique et son positionnement de leader innovant sur le marché.
Les nombreux brevets et distinctions, dont deux trophées de l’Innovation allemands, un ‘Scientific and Engineering Award’, un Oscar et un Grammy, récompensent à juste titre, les équipes de Sennheiser pour leur capacité d’innovation et leurs performances de qualité.
« Les idées demandent de la place pour exister. J’ai toujours voulu donner à notre équipe de recherche et développement la liberté désirée pour développer ses idées ». Le fondateur de la société, le Prof. Dr. Fritz Sennheiser.

Sennheiser : la qualité de la production à la distribution.
« C’était certainement ma plus importante décision : ne pas se contenter de fabriquer des produits, mais aussi être responsable de leur commercialisation », indique le Prof. Dr. Jörg Sennheiser, aujourd’hui Président du Conseil de Surveillance.

Le siège social de Sennheiser electronic GmbH & Co. KG se trouve toujours à Wennebostel – le petit village fait maintenant partie de la municipalité de Wedemark. La société possède également des sites de production :
• un autre site allemand, à Burgdorf (cartes électroniques, technologie HF),
• ainsi qu’à Tullamore, en Irlande (production de casques)
• et à Albuquerque, aux USA (technologies sans fil pour le marché américain).

Les produits Sennheiser sont commercialisés par un réseau mondial de filiales et de partenaires de ventes de longue date : les filiales de distribution se situent en Allemagne, en France, en Angleterre, aux USA, en Asie, au Canada, en Belgique, en Hollande, en Russie, en Inde, et en Scandinavie.
En 2006, les ventes réalisées par le Groupe Sennheiser ont représenté plus de 350 millions d’euros.

D'après le site officiel SENNHEISER

 

 

 

44128

.

.

.

Des nouvelles rassurantes pour le constructeur français.

SanADcopie

.

 

JCP 

 

 

 



Posté par Vigane à 00:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,