31 décembre 2008

les QUINTETTES DE MOZART

 

Intégrale des quintettes de Mozart (3 CD Caliope) par les Talich

Un sommet inégalé d'expression, de sensibilité, d'émotion, servi par une remarquable prise de son, couleurs, phrasé, tout y est, j'y retourne plutôt que de perdre le temps d'en parler !

Avec le célèbre quintette pour clarinette en final bien évidemment, la friandise du tympan ...

Cette intégrale a été unanimement saluée par la critique :

Sans_titrFBHcopie

JCP

DRHopie

.

.

.

Posté par Vigane à 22:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

20 décembre 2008

FRANCE MUSIQUE

La Tribune des Critiques de Disques, animée par François HUDRY, sur
France Musique, le dimanche de 10 h à 12 h.

.

Cette très ancienne émission, autrefois programmée le samedi, n'a rien perdu de son mordant ni de son intérêt auprès des mélomanes, et des débats parfois très animés y ont toujours lieu.

Car comment s'y reconnaître mieux parmi la pléthorre des interprétations dont font l'objet la majorité des oeuvres pour faire son choix, autrement qu'en ayant l'opportunité de les écouter, et avoir même l'avis de spécialistes ? C'est ce que propose François Hudry, qui s'entoure d'invités appartenant au monde de la musique classique ou non, pour animer son émission.
Le principe de l'émission est simple: proposer l'écoute successive aux auditeurs, et aux invités qui se font critiques, plusieurs versions (5 à 6) du mouvement considéré comme le plus caractéristique d'une oeuvre. Le mouvement lent du concerto pour clarinette de Mozart, par exemple ...
Ceci afin de déterminer la ou les plus méritantes, à l'issue de l'émisson.

Car du point de vue de l'amateur (un consommateur comme les autres...), se procurer un enregistrement pleinement satisfaisant n'est guère aisé, et répond généralement aux critères suivants:
1 - Son prix
2 - La haute qualité sonore de son enregistrement, sans laquelle le plaisir d'écoute se trouvera amputé.
3 - La qualité de l'interprétation, musiciens, solistes, chanteurs et chefs confondus.
4 - Sa disponibilité.
5 - Le facteur "fan de ...", qui a moins cours en musique classique, mais qui peut être considéré, si tel pianiste ou telle soprano a déjà enchanté nos oreilles.

L'ordre de ces critères peut se trouver bouleversé, selon que l'on est fortuné, que l'on est loin d'un point d'achat bien fourni, que l'on est audiophile ou non, fidèle à ses interprètes ou non.

La providence se nomme bien sûr médiathèque, hélas inféodée le plus souvent aux grandes agglomérations, ou l'achat de revues critiques comme Diapason, Classica ...

Mais c'est peut-être la Tribune des Critiques de Disques qui nous renseignera le mieux, à condition bien entendu de ne pas l'écouter d'une oreille distraite, mais au contraire devant une chaîne audio qui n'usurpe pas le qualificatif de HI-FI, ou avec un bon casque connecté à son ordinateur, lui-même connecté au site:
http://players.tv-radio.com/radiofrance/playerfrancemusique.php#

A l'issue de l'émission, une des interprétations est reconnue comme étant la plus appréciée des invités, mais rien n'interdit d'en préférer une autre si son écoute nous a mieux transportés ...
Par ailleurs, les archives de France Musique conservent les dernières émissions, qu'il est possible de réécouter, ou seulement d'en connaître l'issue, la version "gagnante" donc .

A bon auditeur salut,    Jean-Claude

 

 

.

France Musique en direct: un clic sur l'image:

FM_DIRECT

 

.

Le site de France Musique, 1 clic:

FMUS_1

.

La Tribune des Critiques de Disques, 1 clic :

FMUS_TRIB

.

 

.

.

JCP

Posté par Vigane à 05:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 décembre 2008

jean sébastien est à l'orgue

.

J.S. BACH: intégrale de l'oeuvre pour orgue, Marie Claire ALAIN  (15 CD).

.

Rééditée à prix plus raisonnable, cette intégrale, la 2° de cette grande interprête, nous revient enfin.
Le plus grand et le plus prolifique compositeur pour cet incroyable instrument, hélas trop voué à la marginalisation de par sa taille, nous livre ici certaines de ses pièces qui lui tenaient le plus à coeur.
Le Cantor de Leipzig, dont l'immense production de musique religieuse fit et fait toujours sa réputation, affectionnait beaucoup cet instrument, dont il fut le virtuose incontesté en son temps. Ainsi, il composa un nombre considérable d'opus pour l'orgue, dont une grande partie fut consacrée à l'église, comme par exemple les petites pièces
nommées chorals, généralement incluses aux cantates.
Ce sont peut-être les Préludes et Fugues, les pièces les plus connues aujourd'hui, qui recèlent la plus grande expression de son génie, même si les sonates en trio et les concertos ne sont pas en reste. Trio, concerto, des dénominations qui nous rappellent combien l'orgue est un des rares intruments qui se joue des quatre membres...

Marie Claire Alain nous livre ici sa seconde intégrale enregistrée entre 1978 et 1980 par Erato, aujourd'hui cédé par D T du Plantier à Warner, et dont on n'oubliera jamais les remarquables et regrettées prises de son ... Ce qui est ici encore le cas : si vous disposez d'un bon système de reproduction, la vitrine du salon entrera en résonance et
vous décollerez du fauteuil, alors que la pédale de certaines orgues risque de signer l'arrêt de mort des haut-parleurs les plus déficients dans les tutti/forte ...

L'interprétation de MC Alain est toute en harmonie, elle exploite parfaitement toutes les couleurs de cet instrument qu'elle connaît si bien et auquel elle a tant consacré.
Certains préfèreront des interprétations plus vives, voire plus musclées - et même plus masculines (Walcha, Isoir, Koopman, Chapuis ...), même si le rythme, la puissance, la vivacité de la musique de Bach sont aussi présents ici, à "pleins tuyaux" si nécessaire. Mais plus que la virtuosité pure, c'est le charme et la beauté qui caractérise le plus cette interprétation où l'emportent le son, l'atmosphère et les couleurs sur la démonstration stérile.

Marie Claire Alain sait captiver l'auditeur sans jamais le lasser, le gigantesque instrument, dompté, chante sous ses doigts et sous ses pieds, depuis le son aigrelet du simple flageolet à celui du tonnerre du tuyau de 500 mm, en passant par celui du cromorne, nasillard et tellement enjoué ...

Souvenir personnel inoubliable: concert par cette artiste au cours des années 70 aux grandes orgues du cloître St Salvy à Albi, où ce soin de la couleur, de la beauté du son et des sensations physiques que permet l'instrument s'exprimait déjà pleinement...

JCP

BACH_ORG_MCAe_copie

.

.

.

Posté par Vigane à 00:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
18 décembre 2008

Antonio d'Italia

Évidemment, il y a les Quatre Saisons de Vivaldi, incontournable chef d'oeuvre de la musique baroque ...

.

Un retour s'imposait sur l'impérissable chef d'oeuvre, ici, trois versions:


- 1 - Jean-Pierre Wallez et l'Ensemble instrumental de France, annés 60
- 2 - Claudio Scimone et I Solosti Veniti, 1973
- 3 - Trevor Pinnock et Simon Standage, English Concert, 1983

La version 1 est conforme au style de l'époque, où les fameux "Baroqueux" ne sévissaient point encore, désormais habitués qu'ils nous ont au son aigrelet des copies d'instruments anciens, et aux tempos contrastés de tout poil, poussant cette oeuvre battue et rebattue dans des retranchements inouis, parfois même à la limite de l'esthétique musicale ....
Habitués à ces torrents d'énergie et de vivacité, (parfois même stériles...) des interprétations sur copies d'instruments anciens, il est certain que cette interprétation sur instruments traditionnels, modernes donc, peut désormais surprendre.
Cependant, si l'on fait abstraction des sonorités, Wallez excelle ici à diriger son ensemble, et son interprétation est très expressive, vive et aérienne, malgré des choix de tempos plus modérés que certaines interprétations dites modernes. Ici, c'est le beau qui est recherché, on ne cherche pas à surprendre, à choquer ou à provoquer débat, on charme, tout simplement, n'est-ce pas le plus important des rôles du musicien ?
Une très belle interprétation donc, Grand prix de l'Académie Charles Cros en son temps, qui ne souffre pas trop de l'ancienneté de la prise de son - étonnament bonne, et en stéréo. Et mon premier disque microsillon de cette oeuvre, désormais repiqué sur CD afin d'en stopper toute usure, CD probablement introuvable...

La version 2 marque déjà un pas, non vers l'interprétation sur instruments anciens, mais sur des tempos parfois plus vifs, des traits plus acérés pour une meilleure perception des différents pupitres, une des qualités généralement reconnues à l'ensemble de Claudio Scimone. Pourtant, ce dernier ne parvient pas à convaincre entièrement, et on ne retrouve pas ici le "vrai"  Scimone, celui d'autres concertos de Vivaldi, ou des merveilleuses et réjouissantes sonates de jeunesse de Rossini ...

La version 3 enfin, est enregistrée sur instruments anciens. Pourtant, ici, on n'abuse pas de leurs sonorités qui, poussées à l'extrême, peuvent déplaire, et la couleur générale est plutôt chaude, tout en maintenant une belle différenciation des instruments. Les tempos sont vifs, sans les regrettables excès vus chez d'autres interprètes, une très belle version malgré quelques ornements de fantaisie sur le N° 2 de l'Hiver, comme se l'autorisent parfois certains violonistes au romantisme exacerbé, et qui surprend fort chez Pinnock...


C'est pourtant, actuellement, vers cette version que va ma préférence personnelle - sans éloigner celle de JP Wallez du lecteur de CD, elle continuera à jouer le rôle de référence comparative ...

D'autres versions sont à écouter, comme celles de Fabio Biondi (moderne et extrême...), de I Musici (sans doute excellente, si rééditée...), de Christopher Hogwood (sèche et grave ?) et de tant d'autres, au fil des médiathèques...

JCP

.

VERSION 1

VIVALDI_4S_WALLEZ_F_copie

.

.

VERSION 2

VIV_4_SAIS_SC2__copie

.

.

VERSION 3

VIV_PINNcopie

.

.

.

Posté par Vigane à 10:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
31 août 2008

serkin

Concertos pour piano 19 et 25, MOZART, Rudolf Serkin et Abbado, 1984

Belle interprétation, mais pour moi le style ici un peu sec et heurté de Serkin sert mal Mozart, même si je reconnais le talent de ce très grant pianiste.

Site Serkin:

http://my.dreamwiz.com/fischer/Serkin/serkin-e.htm

JCP

Sans_titre_ZZ2_copie

.

.

.

Posté par Vigane à 01:11 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

14 août 2008

Brendel, mozart

Concertos pour piano 21 & 26, MOZART (1756-1792)

Encore Brendel et Marriner, sensiblement plus tard, en 1981 et 1982 pour la même réussite que les précédents 20, 23, 24, 27 !

JCP

Sans_titre_EE3_copie

.

.

.

Posté par Vigane à 04:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
01 juillet 2008

paganini

24 Caprices pour violon, Niccolo PAGANINI (1782-1840)

Ecrits pour des vurtuoses, ces caprices sont ici très correctement interprétés par ce violoniste peu connu, et ceci malgré le petit prix de la série NAXOS.

Sites Paganini:

http://www.paganini.com/nicolo/nicindex.htm

http://w3.rz-berlin.mpg.de/cmp/paganini.html

JCP

Sans_titre_SA4_copie

.

.

Posté par Vigane à 00:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
30 juin 2008

perahia

Concertos pour piano 15 & 16, MOZART, Perahia, Murray (1983)

Très bonne interprétation du jeune Perahia de ces concertos qui ne sont pas les plus connus de Mozart.

Site Perahia:

http://www.murrayperahia.com/

JCP

Sans_titre_1_Fcopie

.

.

.

Posté par Vigane à 01:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
26 juin 2008

mozart et brendel

Concertos pour piano 22 & 27, MOZART (1756-1791), Classique, Allemagne.

Brendel récidive, ici en 2001, toujours remarquable !

Sites:

http://www.deccaclassics.com/artists/brendel/mov.htm

http://www.wa-mozart.net/

JCP

Sans_tiOtre_7_copie

.

.

.

Posté par Vigane à 03:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
25 juin 2008

haendel

Recorder Sonatas (pour flûte à bec), HAENDEL (1685-1759), Musique baroque anglaise.

Excellente interprétation de ces oeuvres pour flûte à bec peu jouées, ici par le Ricercar Consort (Flûte, Clavecin, Orgue, Basse de Viole et Basson)

Sites:

http://rcapuce.free.fr/musique/haendel/haendel.htm

http://membres.lycos.fr/magnier/composit/haendel.html

http://handel-with-care.net/

JCP

Sans_titre_6_DScopie

.

.

.

Posté par Vigane à 02:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]